mercredi 13 janvier 2010

Résultats de l’étude MoneyWeek IPSOS sur les lecteurs de presse financière

Résultats de l’étude MoneyWeek IPSOS sur les lecteurs de presse financière


Paris, janvier 2010

Les lecteurs de presse économique et financière, ébranlés par la crise, attendent de leurs journaux à la fois une indépendance des milieux financiers et une crédibilité de leurs sources, deux aspects qu’ils jugent indispensables pour prendre les bonnes décisions d’investissement.

Vous trouverez ci-joint les résultats de la grande étude menée en partenariat avec Ipsos sur le comportement des lecteurs de la presse financière et le positionnement de MoneyWeek au sein des médias économiques et financiers français. Cette étude qui comporte deux volets, qualitatifs et quantitatifs, bouscule certaines idées reçues.

Les résultats ont surpris les professionnels du secteur ; le positionnement et les attentes du lecteur type de MoneyWeek ou de presse économique et financière ne sont pas en totale adéquation avec ce que l’on pouvait présager.
Pour cerner les habitudes des lecteurs de la presse économique, six profils d’investisseurs sont identifiés et étudiés pour déduire leurs comportements et attentes.

Le lectorat actuel, échaudé par la crise, a un comportement beaucoup plus ouvert aux valeurs et marchés étrangers, plus à l’affut d’informations tactiques, et sensible aux opportunités et aux bonnes affaires.

Le lecteur de MoneyWeek est un déçu de la presse financière classique, il aime sa nouveauté et son ton décalé ; contrairement à ce que la rédaction supposait, c’est un investisseur éclairé et averti, et non un néophyte. Il aime le côté macro et sélectif du journal avec ses arbitrages différents, et adhère à style de vie « non moutonnier » dans les investissements comme dans les projets de vie, en privilégiant aussi l’enrichissement intellectuel.

L’étude du portrait du lecteur MoneyWeek induit pour le titre un positionnement d’expert, en direction d’une cible soucieuse de réussir son existence et de profiter des plaisirs de la vie, qui aborde les investissements comme un moyen de parvenir à ses objectifs.

Contrairement à ce que le titre pensait 70 % des lecteurs de La Vie Financière sont restés abonnés à MoneyWeek, avec une offre totalement différente, alors que le magazine se rapproche désormais d'un positionnement voisin de celui de Challenges en patrimonial.

Après un an d’existence, MoneyWeek obtient une note de satisfaction de 7.0 auprès de ses lecteurs, performance en ligne avec les benchmarks d’Ipsos Media CT sur la presse financière. Son taux de circulation est de 1,7.

L’identité éditoriale de MoneyWeek par rapport aux titres de référence de la presse financière (Investir, Le Revenu Hebdo, Le Journal des Finances, …) se distingue par une rupture avec l’austérité traditionnelle des journaux financiers, qui se traduit par une lecture plaisir, un format pratique agréable à manipuler, une mise en page claire, des sujets éclectiques ponctués d’un style vivant et dynamique.

Rappel sur le titre

Né du groupe indépendant Agora Inc. , MoneyWeek est lancé il y a dix huit mois, pari risqué en pleine crise, mais après le rachat de La Vie Financière, le magazine conforte sa position par rapport à la concurrence et comptabilise aujourd’hui des abonnements toujours en hausse, et 70 000 lecteurs de « La Quotidienne de MoneyWeek », complément mail du magazine.
« Quand tout le monde pense la même chose, c’est que personne ne pense … » devise de MoneyWeek qui se méfie des idées reçues et des mouvements de foule. MoneyWeek est un magazine d’opinion qui fuit la pensée unique, un support qui représente une nouvelle génération de presse financière en phase avec les préoccupations de ses lecteurs et de son temps. Reconnu comme un journal d’experts, MoneyWeek assume sa franchise inhabituelle et proclame ses convictions en matière de gestion de patrimoine.
Moneyweek.fr

Bureau de presse
Newsearch - Christie Douais-VarnussonMail
cdv@newsearch.fr
Ligne directe 01 45 39 84 02
Mobile 06 18 64 12 82

Pièce jointe :
Etude Ipsos MoneyWeek Presse financière janvier 2010.ppt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire